90443705

Scutellaire latériflore(Scutellaria lateriflora)

Peu connue en France, la scutellaire est originaire d'Amérique du Nord. On peut cependant facilement la faire pousser en France. A l'état sauvage, elle affectionne les milieux humides... les marais par exemple.

Elle fait partie de la famille des lamiacées : comme la menthe, le thym, la mélisse... et mesure jusqu'à 60-80 cm de hauteur.
Cette plante est utilisée de longue date par les Amérindiens du Nord, Algonquiens ou Iroquois, notamment pour faciliter un accouchement confortable chez les femmes, et lors de rituels de purification.

Propriétés en usage interne

  • Décontractante
  • Relaxante musculaire et cérébrale
  • Anxiolytique
  • Tonique du système nerveux
  • Antidépressive légère
  • Sédative légère
  • Fébrifuge (fait baisser la fièvre)
  • Régularise aussi les cycles mestruels
  • Fait baisser le taux de cholestérol sanguin
  • Elle est bénéfique pour le coeur
  • Elle a un effet profond et subtil sur le mental

Mode d'emploi

  • Infusion: une grosse cuillère à café de plantee séchée (feuilles) en infusion (10 min. ), 1 à 2 c. à café de plante séchée par tasse d'eau. Verser l'eau bouillante sur la plante et laisser infuser 10 minutes. La tisane est amère, aussi édulcorez au miel, stevia ou sirop d'agave. Boire de une à trois tasses par jour, selon les besoins.
  • Gélules et comprimés: posologie de 200 mg, 2 fois par jour.
  • Teinture-mère: 20 à 40 gouttes de teinture-mère. Elle peut se prendre 3 fois par jour en cure de fond pour le système nerveux, ou ponctuellement pour un stress passager ou un travail sur soi: si on veut l'utiliser souvent dans ce but, prendre de préférence une dose 3 fois moindre que la dose physique habituelle, voire une dose homéopathique.
  • Racine : Pour préparer la tisane : 1 c. à soupe de racine pour ½ litre d'eau bouillante. Laisser infuser une dizaine de minutes. Boire 3 à 4 tasses par jour.
  • En gélules de poudre de 300 mg. Prendre de 3 à 6 gélules par jour.
  • En teinture : prendre de 30 à 60 gouttes pour un verre d'eau. Également de 3 à 6 fois par jour.

Applications

Son intérêt est d'agir sur plusieurs plans : elle calme, mais n'endort pas ! Au contraire, elle tonifie le système nerveux, nous aidant à affronter les événements, étant ainsi utile en cas de dépression légère, ou pour un sevrage en douceur aux anti dépresseurs. C'est d'ailleurs la plante de sevrage par excellence aux drogues et médicaments psychotropes de toute sorte. Elle agit sur les fameux récepteurs GABA, impliqués dans la sensation de bien être. Elle augmente le taux de sérotonine, l'hormone du "bonheur". Au niveau physique son effet décontractant est étonnant. 

Globalement supérieure au Millepertuis généralement recommandé en général pour ces usages car elle provoque moins d'effets secondaires et interactions éventuellement indésirables. Ceci n'est qu'à titre indicatif, car chacun à sa sensibilité personnelle aux plantes, surtout en ce qui concerne le système nerveux et le mental.

Elle fait donc merveille en cas d'anxiété, d'état dépressif passager ou durable, angoisse, insomnie, stress, surmenage, fatigue nerveuse, digestion difficile due au stress, migraines et maux de tête, hyperactivité.

Elle est également utile pour régulariser les cycles menstruels. Elle est bénéfique pour le foie aux doses phytothérapeutiques, ce qui est un autre atout majeur par rapport aux drogues chimiques qui sont nocives pour cet organe d'importance capitale : c'est l'usine à transformations de tout ce que nous absorbons, sur les plans physique (nourriture) ou subtil (émotions).

A un niveau subtil, elle favorise le calme mental, la méditation, la lucidité : elle apaise, mais on ne doit pas chercher dans cette plante un moyen de fuir nos émotions. C'est bien ce qui fait son intérêt. Pour le travail sur soi, elle est idéale. Elle favorise la prise de conscience des plans plus subtils de notre conscience, elle permet une prise de recul salutaire. Son énergie est féminine.

Contre-indications

Elle présente peu de contre-indications : elle peut être euphorisante à haute dose, mais sans danger. En cas de traitement avec des médicaments psychotropes, consulter un médecin ouvert sur la phytothérapie si possible, car des interactions entre plante et médicament peuvent toujours avoir des effets indésirables, comme de provoquer exactement les effets qu'on voulait apaiser. La scutellaire ne cause pas de dépendances aux doses phytothérapeutiques.

N'hésitez pas à consulter un naturopathe qui pourra vous aider au mieux et vous faire un bilan de vitalité complet et pointu adapté à vous uniquement.